Accueil – à propos

Les études consacrées à la réception de l’Antiquité se multiplient sur les bancs des universités françaises qu’il s’agisse des départements d’histoire, d’histoire de l’art, de lettres ou de littérature comparée. Et pour cause, l’Antiquité est plus que jamais présente aujourd’hui dans les productions artistiques. Mais de quoi parle-t-on exactement quand on étudie la réception de l’Antiquité ?

La critique est largement revenue sur la distinction à établir entre tradition et réception. La tradition recouvre le devenir d’un texte, d’une idée, d’un auteur, sa transmission de l’Antiquité jusqu’à nous : pour le texte et l’auteur, il peut s’agir des copies, des citations par un autre auteur, des traductions, des scholies et autres commentaires tels que les travaux des grammairiens sur un texte, mais aussi des résumés et les extraits, des notices, dont la forme peut aller de la simple mention de l’auteur à l’analyse détaillée de son œuvre. Pour les idées, ce sont les reprises, les citations, les discussions, les remises en cause et ses multiples métamorphoses dans des contextes politiques, culturels, économiques différents.

Les études de la réception de l’Antiquité (Classical Receptions Studies) se focalisent quant à elles à la réception de l’Antiquité dans tous les champs de la culture. Ces études ont intégré les outils de la critique littéraire moderne tels que l’intertextualité, les théories de la réception, les théories du genre, renouvelant et enrichissant la manière dont est étudié le rapport d’une œuvre moderne avec celle de l’antiquité. Très vivantes, ces études permettent non seulement de mieux comprendre comment une société s’approprie son héritage, elle permet aussi et surtout d’analyser comment la matière antique est remodelée pour la faire dialoguer avec un contexte différent et des préoccupations propres à l’auteur qui s’en empare. Ce dialogue qui s’instaure offre également une mise à distance féconde d’une culture dont l’autorité – celle de la classe sociale dominante masculine – peut être rejetée, sans pour abandonner les possibilités de création et de réflexion offertes par la féconde « matière antique ».

Ce carnet de recherche rend compte régulièrement de la recherche scientifique portant sur l’étude de la réception de l’Antiquité en France comme à l’étranger. Le carnet a vocation de veille en fournissant des informations sur l’actualité de la recherche, les événements scientifiques, les parutions (ouvrages, recensions, articles), les appels à communication, les séminaires doctoraux, les soutenances de thèses, mais aussi les manifestations grand public et des interviews d’acteurs de ce domaine.

Consulter :

Si vous souhaitez contribuer ou suggérer une modification, n’hésitez pas à contacter un membre de l’équipe.